Aujourd’hui j’ai envie de vous partager mon intimité…

Comme poussée par une envie de lever le voile, tomber le masque...

Lorsque j’ai découvert ce lieu qui devait devenir La Bulle d’Efferv’essences, rien ne me prédestinait à y élire domicile…
On est en Février 2019 et je lance tout juste mon activité de coaching et formation. Alors que j’emmène ma fille passer une radio dans cette belle résidence du Kem, je me dis intérieurement « un bureau dans cet endroit ce serait génial pour m’installer ! »

A peine cette idée émise que mon regard se pose sur une annonce dans le couloir : « Bureau à louer, 50m2 »

L’endroit est juste idéal, beau, propre, situation exceptionnelle, à 5 min de chez moi ! Ni une ni deux je décroche mon téléphone et contacte le numéro indiqué. Coup de chance le propriétaire est sur place et 5 minutes plus tard me voilà en train de visiter ce qui devait devenir mon futur cabinet.
Ce lieu correspond en tous points à ce que dont j’ai toujours rêvé, baigné de lumière, apaisant et d’une clarté qui redonnerait du baume au cœur au pire des pessimistes !

Mon cœur s’est déjà emballé (en réalité il est déjà en train de hurler « c’est ici ! » - à ce moment-là je n’ai pas encore compris que lui il sait…TOUJOURS !)

Retour à la réalité au moment où le propriétaire m’annonce le prix... Ça aurait pu être la fin de l’histoire, ça a bien failli l’être pour tout vous dire. Alors comme dans une boutique dans laquelle vous venez de flasher sur le truc que vous ne pouvez absolument pas vous offrir, je réponds poliment que « je vais réfléchir ».
Retour à la maison, malheureuse comme les pierres, frustrée… « Mon cher cœur, je me vois au regret – une nouvelle fois- de ne pouvoir donner une suite favorable à vos élans si spontanés et qui je n’en doute pas sont nourris de la meilleure des intentions à mon égard »

 

DEUXIEME EFFET KISS COOL

Chez moi, ça se passe toujours en deux temps en fait :

1. Je pose un genou à terre
2. Je me relève et j’actionne mes ressources

Je me réveille au lendemain de cette visite, ok je ne peux pas me payer ce local, c’est un fait. Mais je ne compte pas en rester là en réalité.
Dans ma précédente carrière en tant que manager, s’il y a bien une chose que j'ai apprise, c’est de ne pas raisonner contrainte !

Alors réfléchissons différemment un instant...« Qu’est-ce qui pourrait faire que je PUISSE me le payer ? »

Et là les idées fusent, totale effervescence !

Je pourrais imaginer ne pas y faire que des coachings
Je pourrais y donner des ateliers et accueillir de petits groupes
Et peut-être même y organiser des petites conférences (ça c’est un autre de mes rêves)
Et si je le partageais avec d’autres ? Alors ça deviendrait possible et j’adore cette idée ! »

Depuis le début de mon expérience d'entrepreneure j'ai souvent eu les idées mais pas l'argent, je n'en ai eu que plus de niaque !

Dans le mois qui a suivi la signature de ce contrat de location, nous étions 3 à partager ces magnifiques locaux, 3 personnes que je n’ai même pas eu à chercher parce que ce sont elles qui sont venues à moi.
Début mars un programme d’ateliers réguliers voyait le jour autour du développement personnel, du coaching en image ou encore de la pédagogie positive.
Le 12 mars dernier, juste avant le confinement, j’y donnais ma toute 1ère conférence sur la confiance en soi. Elle affichait complet avec 20 personnes présentes.
Au moment du confinement j’ai cru que tout était fini (bon pas très longtemps je vous l’accorde mais il m’arrive aussi d’avoir le genou à terre, je vous l’ai déjà dit plus haut) et aujourd’hui je suis très heureuse et finalement aussi très fière de vous partager ce magnifique article qui vous raconte la suite de l’histoire par ici

Des anecdotes similaires, j’en ai des dizaines depuis ma reconversion. La vérité c’est que je crois que nous fonctionnons TOUS en 2 temps, simplement la plupart d’entre nous ne dépassent pas le 1er. Souvent parce qu’ils ne savent pas comment faire ou qu’ils n’ont pas cette habitude.
Lors d’un coaching, j’apprends à ces personnes à se relever pour enclencher le 2ème temps. Je les aide à trouver leurs propres ressources pour le faire.
Et lorsqu’ils sont debout alors je leur apprends à courir vers leurs rêves, parce que c’est bien eux qui connaissent le chemin !